SPORT LUNDI Lewis Hamilton

Qu'est-ce que ça vous fait de gagner ici, sur les terres de Mercedes ?

Je suis tellement heureux et fier de gagner ici, chez Mercedes, devant tous ces fans, car je suis avec eux depuis que j'ai 13 ans (en F3 puis chez McLaren, ndlr). Tout n'était pas parfait hier (en qualifications), donc c'était comme un verre à moitié vide, qu'il fallait remplir. Je n'ai pas fait d'erreur et au fond de moi-même, pendant toute la course, j'ai eu le sentiment de faire du bon travail. Mes ingénieurs m'ont encore donné une très bonne voiture, l'équilibre général était incroyable, donc je tiens vraiment à remercier tous les gars. Ils ont bien mérité de partir en vacances, après avoir travaillé aussi dur depuis six mois. Il y a eu des hauts et des bas, ce n'était pas évident, et ce break estival va faire du bien à tout le monde.

Comment avez-vous vécu cette course de l'intérieur ?

Après l'hymne national (allemand), j'étais ému, et je voulais rester "cool", me concentrer sur la trajectoire idéale à choisir au départ, là "cool" où la piste n'est pas plate, de mon côté, car ça monte un peu. Il fallait que je soigne mon départ et que je me mette tout de suite à la hauteur de Nico (Rosberg). J'ai travaillé très dur sur mes départs, depuis le début de la saison, car dans ce domaine-là on ne sait jamais à quoi on peut s'attendre. C'est à cause de ces embrayages, ils sont très sensibles, alors il faut arriver à trouver de la consistance dans les départs, en étant très précis dans les procédures. Aujourd'hui, c'était parfait. Après, j'ai surtout cherché à ménager mon moteur, qui était très efficace.

Comment voyez-vous la suite du championnat, face aux Red Bull qui se rapprochent ?

Il y a eu des difficultés en début de saison, elles m'ont inspiré et j'ai beaucoup travaillé. Aujourd'hui, j'avais juste besoin de créer un écart de six secondes, pour être tranquille, mais très vite les Red Bull sont revenues de onze à sept secondes, justement parce que j'essayais de ménager mon moteur. Je ne me sentais pas menacé. Ce qui est sûr, c'est que les Red Bull étaient très rapides tout le week-end et j'ai même eu l'impression que Nico avait du mal à suivre leur rythme. Ça va être de plus en plus serré entre nous. Et j'espère que j'ai assez économisé ce moteur pour m'en servir encore à Spa, sachant que je suis en train d'épuiser mon quota de moteurs et que je vais sûrement prendre une pénalité sur la grille, peut-être à Monza.